logo
Main Page Sitemap

Prostituées à nantes


"Je travaillerai chez moi, assure-t-elle.
Mais je préfère être ici sur le trottoir qu'au Nigeria." Elles voudraient un autre travail, mais surtout pas rentrer au pays.
"En Roumanie, même si tu travailles cent ans, tu ne pourras jamais t' acheter une maison", lance Tiffany.Nous sommes très pauvres.Ces jeunes libertin 8 lettres femmes voudraient que le gouvernement les laisse tranquilles, ainsi que les clients.Un chiffre plutôt en régression depuis que les policiers ont fait «tomber» quelques réseaux et arrêtés «mamas» et proxénètes.Blessing, 21 ans, a également dû rendre des billets à son agresseur "pour sauver sa tête".L'enquête porte sur quatre plaintes de prostituées nigérianes âgées de 19 à 22 ans.Que ferons-nous?" Ana pense qu'elle continuera.Juliana, une Brésilienne de 45 ans, a été "volée, agressée, violée".Elles savent que le gouvernement, qui veut faire disparaître la prostitution, envisage de pénaliser les clients.Je veux les aider." "Quand tu habites dans un pays difficile, si tu as l'opportunité de partir, tu pars, résume Juliette, 24 ans.
Mes parents sont agriculteurs, j'ai 5 frères et 4 sœurs.
Combien doivent-elles à ceux qui ont organisé le voyage?
Elles affirment d'ailleurs souvent avoir découvert leur activité en arrivant en France, dont elles ne connaissent pas la langue.Irène Aboudaram, coordinatrice de la mission, et Maïwenn Henriquet, intervenante santé, offrent des boissons chaudes, des préservatifs, du lubrifiant, donnent des conseils sur la santé et les droits de chacune.Après la passe, ils veulent reprendre leur argent." Mary a déjà été menacée deux fois avec un revolver.L'argent ne coule pas à flots pourtant, et ce n'est pas un travail simple.Et là, "on n'a pas les moyens de lutter soupire un policier nantais spécialiste de moeurs.Au bord de la Loire où elles travaillent, des jeunes femmes arrivées de Roumanie et du Nigéria se confient sur leur gagne-pain "particulièrement difficile".


[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap