logo
Main Page Sitemap

Prostitution africaine bordeaux


Les enquêteurs de la Direction interdépartementale de la Police aux frontières (PAF) de laéroport.
Service régional de police judiciaire (srpj en collaboration avec la Police aux frontières (PAF) ont oral bac allemand espace et echange réussi à démanteler un réseau de prostitution africain agissant entre, toulouse et Bordeaux, rapporte, la Dépêche.
Après perquisitions aux domiciles des change argent lyon bellecour proxénètes présumés, les enquêteurs ont pu mettre la main sur la somme de 10 000 euros en liquide, ainsi que sur des preuves corroborant lhypothèse du réseau de prostitution.
Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a officiellement signé, hier, l'arrêté municipal baptisé «troubles prostitution» qui a ciblé cinq zones., le - le à 20h31, «là-bas, il y a des violences entre communautés : les Africaines, les filles de lEst.Elle est forcément sous la coupe dun réseau organisé.«Plus de 50 des filles qui se prostituent aujourd'hui à Toulouse arrivent de Roumanie indique un enquêteur spécialisé.Une partie des victimes a été entendue et dautres sont encore recherchées.De la prostitution, on connaissait le racolage sur le bord des routes et les sites spécialisés sur Internet, mais désormais, les proxénètes ont de nouvelles manières de procéder.Des prostituées venues de l'Est et d'Afrique.Les trois autres comparaissait vendredi 1er juin 2018.Comme elles l'indiquent dans les annonces, les prostituées s'installent dans des appartements loués sur internet ou dans des hôtels, souvent à l'insu des propriétaires.Les quelques Françaises qui vivent encore de la prostitution sont rares et regroupées du côté de la place Belfort.On appelle cela des "sex tours très bien organisés par des réseaux de proxénètes.
Un chiffre qui a un peu augmenté ces derniers mois mais qui est encore loin d'autres agglomérations comme Lyon ou Bordeaux 220 prostituées en moyenne à Bordeaux.Trois de ces hommes ont été déférés jeudi, et placés en détention par les magistrats du parquet de Toulouse.À côté d'instruments de musique, de bouteilles de vin ou d'offres d'emploi, on trouve des dizaines de femmes dénudées.Six individus, âgés de 20 à 36 ans, ont été placés en garde à vue cette semaine.Deux endroits à Toulouse, les jeunes femmes exploitées par ce réseau sont d origine nigériane.



Selon les policiers, ils se sont multipliés ces dernières années.

[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap