logo
Main Page Sitemap

Prostitution en algerie


prostitution en algerie

«Je nai pas choisi de vivre dans la rue ni de vendre ma chair.
Après, cest devenu une habitude.Lorsquune nouvelle personne arrive sur le trottoir, elle a un succès immédiat.En ce qui concerne la peur, elle dit : «Avec certains clients, on ne sait jamais ce qui peut nous arriver.Elle ne veut pas parler de ce quelle a vécu dans sa famille.La plupart ne voient en elles quun seul aspect : elles défigurent le visage des villes.Quand on sature, on amène une autre fille pour nous aider à boire.Ces femmes ont un"dien qui na rien de commun avec le nôtre et leur vie a des lois et des codes différents de ceux que nous connaissons.LA prostitution SÉVIT massivement, drame et misère dimanche On les echange de telephone koodo croise partout : devant les hôtels, les grands boulevards, aux alentours des résidences universitaires et dans toutes les deux coquines les boîtes de nuit.
Le type peut faire ce quil veut.» La peur est toujours omniprésente.Quand elle parle de santé, elle évoque son mal de tête et les troubles du sommeil (endormissement difficile, réveil nocturne, fatigue accumulée) et ajoute quelle na jamais consulté de médecin.Enormément de types qui aiment les gamines.Le client tourne, regarde, choisit, discute les prix.Aujourdhui, personne ne peut dire quel est le nombre des prostituées de la rue ou tout autre, même approximativement, encore moins celui des clients.Puis ce fut la cassure.



Cette prostitution qui sévit massivement dans toutes nos villes et même nos petits villages - qui ont du mal à la dissimuler - est lun des résultats de la catastrophe sociale et de la ruine économique quimpliquent les politiques dajustement structurel, les privatisations, le libre-échange.

[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap